Un petit dernier avant de partir,
Avant de fermer la porte sur tant de souvenirs,
Cette maison mignonne retapée avec joie,
Même si l'Homme n'était pas souvent là.

Avancer les cartons, vider les armoires,
Bloguer, un minimum, et pas seulement le soir,
Avoir ses filles gentilles, qui jouent sagement,(à croire qu'elles sont malades...)
Pendant que GrandChat est en camp. (parti après avoir fait tout seul tous les cartons de sa chambre...)

Trier papiers, tissus (nonnn, pas le liberty), donner, jeter beaucoup,
Essayer d'organiser le départ, les micro-vacances malgré tout,
Se dire qu'on est une bille en poésie,
Mais que ce n'est pas grave finalement, c'est ainsi... (j'ai déjà un super mari, point trop n'en faut...)

Pleurer en quittant de si chers amis,
Sauter de joie en sachant qu'on va en retrouver aussi,
Et être mal, si mal de cette ambivalence,
De cet illogisme, ce non-sens.

Laisser cet ordinateur,
Et repartir à mon labeur (c'est bien trouvé ça, c'est vraiment laborieux un déménagement)
Il n'y a même plus de macarons dans cette maison,
rien que des cartons.... (notez la puissance narrative de cette dernière rime...)

Bonnes vacances à tous...


Découvrez Thirteen senses!